Qu'est-ce qu’un jardin pédagogique?

Définition

Un jardin pédagogique est un espace situé dans l'école primaire ou secondaire ou à proximité. Il permet aux élèves et professeurs de cultiver des plantes à des fins pédagogiques. C'est un lieu d'apprentissage avant tout, mais aussi un espace de détente et d'activités ludiques. Les denrées en surplus peuvent être consommées au sein de l'école ou bien être vendues au bénéfice de l'école. Par définition le jardin pédagogique a pour principale activité la culture de légumes, fruits et fines herbes, il est parfois associé à des activités de plantes mellifères, d'apiculture, de petit élevage... Un jardin pédagogique est unique et propre au projet de chaque école, à vous de créer le projet le plus adapté à vos enfants/élèves, soyez inventifs.


À quoi ressemble un jardin pédagogique?

Un jardin pédagogique peut être de taille minimale, composé de petits pots où l’on peut cultiver des fines herbes poussant sur le rebord de la fenêtre de la classe. Mais il peut tout aussi bien s’agir de conteneurs, de bacs à double fonds, de smart-pot formant une parcelle dans la cour de l’école, d'un jardin à la place de l'asphalte, d'un tronçon de jardin communautaire, d'une serre, d'un jardin sur le toit, ou simplement de cultiver de la laitue dans l’eau dans une salle de classe, on trouve multiple façon de créer un jardin. Soyez curieux, variez les formes, créez votre propre jardin pédagogique.

Nature du jardin!

Le jardin peut être conçu pour aider les élèves à apprendre sur les aliments et la nutrition en cultivant des plantes comestibles, ou les apprentissages peuvent porter sur les écosystèmes locaux en plantant des espèces natives. Des écoles mettent aussi en place des plantes mellifères ou des parcelles non cultivées dans leur jardin afin d'observer les insectes pollinisateurs.




Historique

L’idée d’utiliser le jardin de manière pédagogique dans le cadre des programmes scolaires n’est pas nouvelle : déjà au 17e siècle, les lumières évoquaient la sensibilisation à la nature dans l’éducation des enfants comme une vertu. Les jardins à l'école furent introduits en Amérique à la fin du 18e siècle par Henry Lincoln Clapp revenu d’un voyage en Europe et qui implanta le premier jardin à la George Putnam School du Massachusetts. Plus tard aux alentours du 20e siècle se développent différentes méthodes d’éducation dont celle de Maria Montessori, celle-ci souligne les aspects positifs que procurent aux enfants les activités de jardinage, en quoi ceux-ci aident à la construction de soi, mais aussi à construire l’image que nous avons de la nature et notre place par rapport à celle-ci. En Amérique, les jardins scolaires introduits dans les écoles urbaines sont davantage considérés pour leur potentiel esthétique plutôt que pour leurs vertus pédagogiques. Après un fort développement durant les deux guerres où les élèves ont ainsi contribué à la production de nourriture durant l’effort de guerre, une deuxième vague survient aux États-Unis entre 1964 et 1975, période de prise de conscience environnementale et en matière de développement durable, où les jardins scolaires sont peu à peu considérés comme un moyen d’éducation et de sensibilisation des enfants à l’environnement et au processus naturel de la vie. Aujourd’hui reconnus pour leurs vertus sociales, environnementales et nutritionnelles auprès des enfants et de la communauté, les projets des jardins se développent rapidement à Montréal au sein des écoles, Cégeps et du monde universitaire.