Troc ton jardin : partageons nos récoltes

La nourriture est-elle un bien de consommation comme les autres? Daniel est convaincu que non. Cet homme est un idéaliste avoué, qui désire mobiliser les montréalais.es afin qu’ils contribuent à leur autonomie alimentaire. Impliqué depuis quelques années dans l’organisation des marchés saisonniers de son quartier, il a constaté la fragilité des projets citoyens dans le domaine de l’agriculture urbaine. Déplorant leur dépendance aux subventions, il a décidé de créer un moyen de se nourrir sans qu’il soit question de transaction monétaire. C’est pourquoi il a mené à bout de bras le projet « Troc ton jardin » un cercle local d’échanges de fruits et légumes de production domestique selon le modèle du troc, de personne à personne. 

Bâtir un tel projet n’a pas été de tout repos et de nombreuses embûches se sont présentées sur sa route, mais il n’a pas hésité un instant, car il croit en son projet et y voit l’importance. Le courage et sa persévérance de ce citoyen engagé ont porté fruit. Le voilà récompensé par le succès d’une initiative qui pourrait révolutionner l’agriculture urbaine à Montréal, en remettant en question notre rapport avec la nourriture. Participer à « troc ton jardin » c’est contribuer à transformer le visage de l’agriculture à Montréal.

« Troc ton jardin », qu’est-ce que ça mange en hiver?

Cette année, vos plants de tomates ont fait beaucoup de petits. Vous ne savez que faire des autres qui sont mûres dans votre jardin? Eh bien, vous êtes un ou une excellente candidate pour le cercle d’échange! 

La formule est simple : d’abord, vous arrivez avec vos fruits et légumes, qui sont mis en commun. Puis, une conférence ou un atelier est donné à chaque cercle d’échange sur différents thèmes liés à l’agriculture urbaine, qui a, entre autres, pour but d’attirer de nouvelles recrues. Finalement, lorsque l’activité est terminée, chacun et chacune repart avec ce qui l’intéresse! Les ateliers se déroulent dans la convivialité, au grand air, dans des parcs ou des jardins communautaires, qui sont, selon Daniel, les meilleurs « terreaux » pour le démarrage d’un cercle d’échange.

Partager les « cultures »

Vous n’avez qu’un petit balcon ou faites pousser vos fines herbes dans votre cuisine? Pas de problème, « Troc ton jardin » s’adresse à tous les types de jardinier.ère.s urbain.e.s! Alors, vous êtes les bienvenus que vous jardiniez sur votre toit, votre balcon, votre fenêtre, dans une serre, un jardinet… bref tant que vous produisiez vous-mêmes vos fruits et légumes.

Les cercles d’échange mettent en contact des gens qui ne se seraient peut-être jamais rencontrés auparavant, malgré leur proximité géographique. Certain.e.s passionné.e.s qui participent aux cercles d’échange sont des « bibliothèques vivantes d’horticulture » et leurs connaissances aux jardinier.ère.s en herbe. « Troc ton jardin » n’est pas uniquement un cercle d’échange de fruits et légumes, c’est un cercle d’échange de savoirs précieux. Par exemple, les personnes venant d’autres pays font découvrir des façons originales de cuisiner les fruits et légumes, et font connaître des espèces de plantes qui sont peu cultivées ici.

Des cercles germent aux quarts coins du Québec!

Selon Daniel, la nourriture est un bon moyen de tisser des liens avec les gens de sa communauté. Cet homme passionné a démarré le tout premier cercle d’échange dans son propre quartier, à Ahuntsic Cartierville l’été dernier, et déjà, deux autres cercles ont « germé », à un Val-Morin et l’autre à Hull. Son ambition première? Que les gens se réapproprient l’idée et que d’autres projets indépendants poussent un peu partout dans la ville et au Québec au cours des prochaines années.

Devenons tous des artisans du changement

Daniel est convaincu que « Troc Ton Jardin » s’inscrit dans un mouvement actuel d’expansion de la place de l’agriculture urbaine à Montréal. Cet homme est un artisan du changement, et son projet est une démarche citoyenne qui a pour but de verdir la ville et de promouvoir la protection de l’environnement. Il a pris les moyens de ses ambitions et a compris à travers ses démarches qu’il faut oser bousculer le cours des choses pour concrétiser aspirations! En tant que père, il est animé par un idéal : laisser à ses enfants et aux générations futures une société où les gens seront plus impliqués dans l’amélioration de leur milieu de vie.