La biologie de l'abeille

abeille solitaireLes abeilles comptent plus de 20 000 espèces dont au moins 1000 seraient établies au Canada. On dénote une grande diversité parmi ces espèces, notamment sur les plans physique et comportemental. L’abeille mellifère (Apis mellifera), domestiquée, est l’espèce la mieux connue en raison de son usage en apiculture. 

abeille mellifèreAbeille solitaire et abeille sociale 

La superfamille des Apoïdes, dont fait partie l’abeille mellifère, regroupe des insectes répondant à certaines caractéristiques communes : membrane externe poilue, longue langue, régime à base de nectar et de pollen et système corporel de stockage de pollen. 

Au sein des Apoïdes, une distinction est faite entre les abeilles solitaires et sociales. Les abeilles mellifères se caractérisent par leur très haut niveau de socialisation caractérisé par une division marquée du travail, un entretien coopératif de la ruche et un chevauchement des générations.

Au Québec, l'abeille mellifère est bien sûr présente, mais on dénombre aussi de nombreuses abeilles sauvages. Certaines abeilles sauvages ont des modes de vie sociale (par exemple les bourdons) et d’autres sont solitaires, comme les abeilles des genres Megachile, Osmia, Halictus et Andrena. Selon l’espèce, les abeilles sauvages fabriquent leur nid dans le sol, les tiges creuses, le bois mort, etc. 

Origine de l’espèce Apis mellifera 

L’abeille mellifère descend de l’Apis cerena, une abeille provenant du Moyen-Orient qui aurait évolué de manière séparée dans 3 grandes régions du monde. Aujourd’hui, on doit à cette évolution l’existence de 27 races d’abeilles mellifères à l’échelle planétaire. En Amérique, cette abeille à miel a été importée par les Européens au moment de la colonisation. 

Différences abeille - guêpe (photo, Alexandre Beaudoin)Comment différencier une guêpe d’une abeille ? 
 
Souvent confondue avec la guêpe, l’abeille mellifère s’en distingue pourtant sur plusieurs plans. Au niveau morphologique, la guêpe se caractérise par son corps de couleur noire et jaune tacheté et par la position de ses ailes antérieures qui, au repos, se replient à l’horizontale et se collent à ses ailes postérieures. 

Contrairement à l’abeille qui consomme le nectar et le pollen des fleurs, la guêpe se nourrit d’un régime en partie carnivore essentiellement composé d’insectes. La guêpe peut aussi piquer à plusieurs reprises alors que l’abeille ne peut piquer qu’une seule fois puisque que cela entraine sa mort. Finalement, cet insecte construit son nid à partir de fibres végétales et non de cire, comme c’est le cas pour l’abeille.