Jardiner sa ville

Aux plantes citoyens ! Crédit : Collectif de recherche en aménagement paysager et agriculuture urbaine durable (CRAPAUD)Pourquoi ne pas faire sortir les plantes potagères de vos jardins et les emmener pour une promenade en ville ? Ruelles, « trous d’arbre », terrains en friche : la ville regorge de surfaces de terre non exploitées. Il ne tient qu’à vous de les végétaliser !

Des actions symboliques…

Avez-vous remarqué que les « trous d’arbre » de la ville sont de plus en plus enjolivés de plantes ornementales ? Pourquoi ne pas profiter de ce type d’espace pour aussi mettre les plantes  maraîchères en valeur? Même si vous n’y réaliserez pas une récolte abondante, vous poserez un geste symbolique en démontrant que la production alimentaire en ville, c’est possible partout !

… aux résultats concrets

Dans l’arrondissement Ville-Marie l’organisme Sentier Urbain se « spécialise » dans le verdissement des terrains temporairement inutilisés. L’organisme établit des ententes avec les propriétaires de ces terrains avant d’y implanter des jardins de toutes sortes. Ces espaces ne produisent pas de récoltes, mais on y retrouve des plantes médicinales et des installations de compostage… ce qui démontre bien leur potentiel « productif » d’un point de vue agricole !

Arrosage de plants de tomates… poussant sur un poteau de téléphone ! Crédit : Marie-Ève MarchandÀ l’été 2011, sur la rue des Écores (Rosemont Petite Patrie) un groupe de citoyens, appuyés par leur Éco-Quartier et leur arrondissement, ont remplacé la bande de béton longeant leur trottoir par une un espace végétalisé. Un autre espace à potentiel agricole était créé !

Votre ruelle : un futur couloir végétal… et comestible?

Depuis la fin des années 1990, les « ruelles vertes » se multiplient à Montréal. Il s’agit de ruelles où l’asphalte a été partiellement retiré pour permettre la plantation. Le plus souvent, on y retrouve des plantes indigènes, des arbustes et des plantes grimpantes.

La transformation de ces espaces bétonnés en ilots de verdure est réalisée par les résidents avec le soutien de leur Éco-Quartier local. Pour initier un tel projet dans votre ruelle, faites appel à l’Éco-Quartier de votre arrondissement. Et pensez à y planter des espèces comestibles comme les arbustes fruitiers!

Ruelle verte dans le Mile End. Crédit : Michel GagnonD’autres idées

Une autre manière d’augmenter le potentiel agricole de la ville est d’intégrer les plantes maraîchères aux aménagements réalisés par les services municipaux.

Quelques précautions

Le jardinage de plantes comestibles dans l’espace publique implique cependant de prendre certaines précautions.

D’abord, si vous identifiez un espace potentiel, obtenez les permissions nécessaires auprès de la personne ou de l’organisation qui en est dépositaire avant de semer.

Faites également attention à ne pas planter d’espèces envahissantes ou nuisibles.

Avant de planter des plantes comestibles, assurez-vous que le sol ne soit pas contaminé. En cas de contamination, sachez que plusieurs techniques sont à votre portée malgré pour jardiner malgré cette contrainte.

Friche urbaine transformée en espace vert temporaire par l’organisme Sentier Urbain. Crédit : François LafontaineEngagez-vous qu’ils disaient !

Les possibilités de « jardiner sa ville » sont multiples et variées. Il ne tient qu’à vous de rendre votre quartier plus vert et plus comestible. N’hésitez pas à contacter votre éco-quartier local ou votre bureau d’arrondissement pour leur demander leur appui!